clonage par micropropagation : l'exemple de la pomme de terre

            Depuis qu’il s’est sédentarisé, l’homme ne cesse de développer ses connaissances et ses techniques en matière de multiplication de plantes. c’est pourquoi  on voit le sujet s’étendre à chaque nouvelle découverte. Après la multiplication par semi, la multiplication agamique,  l’homme découvre la multiplication « in vitro » , et nous aussi.

        Cette nouvelle technique de clonage végétal a attiré notre curiosité et l’envie nous à pris d’en faire notre production finale. Nous avons donc réalisé l’expérience que nous souhaitons vous faire partager ci après.

 

 

       1) matériel nécessaire:

-          bec bunsen

-           flacon de culture

-          gélose nutritive (milieu de culture contenant de l’Agar)

-           matériel biologique stérile (scalpel et pinces enfermés dans du papier aluminium, boîte de Pétri).

-          Eau distillé

-          Eau de javel

-          Alcool à 70°

-          Germe de pomme de terre

 

 

2) réalisation de l’expérience

 1er étape : préparer un milieu stérile

 

-  Nettoyer puis passer à l'eau de Javel la zone de travail ainsi que le bec Bunsen qui sera mis au centre de la zone stérile.

-  Déposer tout le matériel stérile autour du bec Bunsen, la flamme crée un conne de chaleur où les bactéries ne peuvent rentrer c’est donc dans cet espace stérile que nous allons travailler.

-  Allumer le bec Bunsen.

se laver les mains au savon désinfectant

-  toujours désinfecter le matériel avec de l’alcool à 70° puis en le passant dans la flamme du bec bunsen 

                2ème étape : couler le milieu de culture

 

Premièrement : diluer la gélose dans de l’eau chaude

-         mélanger en continu

-         retirer la casserole du feu lorsque le mélange bout

Deuxièmement :

    -   apporter la casserole à proximité du milieu stérile (bec bunsen) 

    -   stériliser le flacon en passant le goulot dans la flamme

troisièmement :

    -  verser la gélose dans le flacon de culture

 

Quatrièmement :

-         brûler de nouveau le goulot

-         boucher hermétiquement le flacon

-         poser le flacon sur une cale pour que la gélatine prenne en diagonale pour laisser un espace libre assez important pour permettre le développement de la plante. patientier le temps que la gélatine se durcisse

                  3eme étape : préparation des explants

-         prélever les germes de pomme de terre, on prélève uniquement les petits morceaux blanc ; à partir du moment où ils sont noircit les germes ne sont plus sain.

 - désinfecter les germes 30 secondes dans l’alcool à 70°

 -  désinfecter ensuite les germes 10 minutes dans la javel.

 - rincer ensuite 3 fois les germes dans l’eau distillée 

 - couper les germes dans le sens de la longueur

  -      Prendre un flacon de culture remplit précédemment

  -     L’ouvrir, bruler le goulot dans la flamme du bec bunsen pour garder un milieu stérile 

  -      inséré les germes sectionnés dans la gélose

  -     toujours s’assurer que le germe est introduit à l’endroit dans la gélose (partie basse dans la gélose)

 

 

- entreposer les flacons de cultures dans une armoire éclairée d’une lumière spéciale    pour conserver une température à 26°C

                                             résultats :

 

 -  Les résultats devraient être visibles après 4 à 8 semaines. Le fragment de germe doit donner naissance à amas de cellules  puis une touffe de feuille que l’on pourra de nouveau séparer par bouturage. 

les germes que nous avions mis en culture ont commencé à se développer et nous pouvions de petites pousses vertes. cependant notre expérience est tomber à l'eau, des champignons avaient infesté notre milieu de culture.     

 

 

Notre expérience n’a pas aboutit. Comme il est possible de le voire sur la photo les champignons ont attaqué notre culture au bout de quelques jours. Nous n’avions pas le matériel ni l’expérience nécessaire pour travailler dans un milieu  totalement stérile.

Mais même si notre expérience n’a pas totalement aboutit nous avons quand même pu en tirer quelques résultats, les pousses ont verdit signe qu’elles se sont développer dans le milieu que nous avions préparé.

   De plus les résultats ne sont pas si important que ça car nous les connaissons déjà, nous avions réalisé cette expérience dans le but de se rendre compte des réelles difficultés que présente le clonage, thème sur lequel nous travaillons sur papier depuis plusieurs mois.

   Cette expérience a permit de nous initier au clonage végétal de laboratoire et de nous rendre compte que même si le protocole paraissait extrêmement simple sur papier, il n’est pas si évident dans la pratique.  

 vous pouvez, si l'envie vous prend, admirer les photos de nos manipulations elle sont éxposées dans l'album photo de se même site. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site